La Contre-étude sur Notre-Dame-des-Landes conforte l'UDB44 dans notre soutien au projet.

Publié le par UDB44

La fédération de la Loire-Atlantique de l’Union Démocratique Bretonne a pris connaissance avec intérêt de la contre-étude présentée par le Collectif des élus doutant de la pertinence de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ses conclusions n’ont rien d’étonnant. Lorsqu’on se base sur des hypothèses exagérément pessimistes on ne peut qu’aboutir à un résultat malthusien.

 

Par ailleurs, cette étude se place dans un strict cadre nantais, ce qui montre bien l’état d’esprit étriqué qui a présidé à sa conception. Nous avons toujours dit que le transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes n’avait de sens que parce qu’il devait être l’aéroport de la Bretagne toute entière et accueillir des passagers venus de chez nos voisins angevins et vendéens, et de tout l’ouest de la France. Cette étude confirme d’ailleurs notre position puisqu’elle affirme, page 19 : "Certains passagers ne peuvent partir de NA et partent d’autres aéroports. Aussi avec l’ouverture de NDDL, ces passagers pourraient « revenir » en région et ceci engendrerait des économies de temps de trajet."

 

L’étude du cabinet Deft met également le doigt sur l’augmentation du temps de trajet pour les habitants du sud de la Loire. Cela ne rend que plus nécessaire la liaison rapide Rennes – Nantes et la construction de la ligne Altro reliant Nantes par le sud à Poitiers, Bordeaux, Lyon et aux grandes capitales européennes, liaisons que nous avons toujours appelées de nos vœux.

 

Nous ne pouvons donc qu’être confortés dans notre soutien à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, à la liaison rapide Nantes-Rennes et à la ligne Altro.

 

 

 

Pierre Even

Secrétaire Fédéral

Conseiller Municipal de Nantes

Conseiller Communautaire

Publié dans Transports

Commenter cet article